Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Dimanche dernier, nous célébrions la fête de la Réformation et nous avons eu la chance d’entendre Laurent Gagnebin nous rappeler que le protestantisme est basé sur 3 principes :

  • La grâce seule
  • La foi seule
  • L’écriture seule

La grâce seule signifie qu’aucune action n’est requise de notre part pour être sauvé.

Cette grâce nous est donnée une fois pour toute, elle nous vient de Dieu. C’est pour cela que nous commençons tous nos cultes par cette formule : « La grâce et la paix vous sont données de la part de Dieu notre Père et de son Fils Jésus Christ ».

Dans notre vie, cela signifie par exemple, que nous n’aimons pas notre prochain pour être sauvés, mais parce que nous sommes sauvés.

Cependant affirmer la grâce sans que nous ayons le souci de l’autre serait incohérent et Laurent Gagnebin nous invite à lire l’épître de Jacques, chapitre 2, 14 à 17. Il y est question de prouver sa foi par les actes.

La foi est notre réponse à l’amour et à la grâce que Dieu nous donne.

Le salut par la foi ne signifie pas qu’il faut d’abord adhérer à un credo, à des doctrines, à une croyance pour être sauvé.

Il y a 4 personnages auxquels Jésus a dit « ta foi t’a sauvé » : Bartimée le mendiant, la femme qui avait une perte de sang, le lépreux samaritain et la prostituée qui lui a lavé les pieds avec un parfum très cher. Aucun de ces personnages n’avait préalablement adhéré à une doctrine ! Pourtant Jésus a affirmé leur salut.

La foi est une attitude de confiance, une relation. Il s’agit de « croire en » et non de « croire que ».

Laurent Gagnebin nous propose la lecture de cette parole de Jésus (Matthieu 7 ; 21-23) : « Ceux qui me disent: Seigneur, Seigneur! N’entreront pas tous dans le royaume des cieux, mais celui-là seul qui fait la volonté de mon Père qui est dans les cieux ».

L’écriture seule signifie que nous sommes tous aptes à entendre la Parole de Dieu à partir du texte biblique. Quand nous lisons la bible quotidiennement, nous vivons un compagnonnage, c’est comme un soutien, une force, une source d’inspiration.

Cependant le principe de l’écriture seule ne dit pas que Dieu est enfermé dans la bible. Il est libre de se révéler quand et comme il veut. Il dépasse les écritures elles-mêmes. C’est pour cela qu’il faut nous intéresser aux autres religions et aussi à l’athéisme. C’est indispensable !

Laurent Gagnebin conclut en nous invitant à relire le récit de Nicodème dans l’évangile de Jean (3 ; 5-8), « Le vent souffle où il veut, et tu en entends le bruit; mais tu ne sais d'où il vient, ni où il va. Il en est ainsi de tout homme qui est né de l'Esprit ».

Le vent souffle où il veut

Le vent souffle où il veut

Tag(s) : #culte

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :